Osmies



Les abeilles sauvages sont de sortie !


Plusieurs d'entre elles étaient coincées entre la fenêtre et la moustiquaire. Quelques unes n'ont malheureusement pas survécu mais pour les autres, ne connaissant pas beaucoup l'espèce, je les ai posées sur le mimosa du jardin, espérant qu'elles reprennent des forces.


Plus tard, j'ai eu l'occasion de me renseigner un peu plus. L'osmie est un genre regroupant plusieurs espèces d'abeilles sauvages. On distingue le mâle de la femelle par le toupet blanc présent sur sa tête.


Ces abeilles comptent parmi les premiers pollinisateurs à la fin de l'hiver. Elles ne vivent pas en colonie mais peuvent être grégaires. Elles construisent leurs nids dans des cavités (dans la terre, le bois mort, les tiges creuses, les fissures, etc) dans lesquelles elles forment plusieurs cellules. Chaque cellule contiendra un œuf et sa réserve de pollen.



Les abeilles sauvages sont les pollinisateurs les plus efficaces. En effet, elles transportent les grains de pollen qui s'accrochent à leurs poils de fleur en fleur, permettant ainsi la pollinisation et le brassage génétique d'une même espèce. Cependant, en butinant, l'abeille sauvage peut collecter à son insu certains parasites. C'est le cas des acariens du pollen, qui se nourrissent de pollen et sont présents sur certaines fleurs. Une fois de retour au nid, les acariens se multiplient et s'en prennent aux réserves de pollen de la cellule dans laquelle ils ont été déposés. Au printemps suivant, lorsque la nouvelle génération d'abeille sort, certaines d'entre elles se retrouvent porteuses des acariens présents dans les cellules infestées qu'elles ont dû traverser pour sortir.

C'est le cas de cette osmie dont le dos est rempli d'acariens du pollen.


0 commentaire